circulez rien à voir blog de la section socialiste des 3 pointes

circulez rien à voir blog de la section socialiste des 3 pointes

scission???Pas scission(Filoche)

echange entre camarades sur la nécessité d'une scission au sein du PS.

Scissionner pour quoi faire?

L'osmose règnant au FG depuis l'épisode d'Hénin-Beaumont nous amenant à l'interrogation de scissionner mais pour quoi faire et pour aller ou.

La réponse de Filoche me parait tout à fait claire de la nécessité d'une lutte au sein même du PS qui dans ses statuts reconnait l'existence des minorités pour le bien effectif d'un rassemblement final de toutes les gauches,diverses et variées.

Ce gouvernement peut-il, doit-il réussir, oui ou non ? Faut il scissionner ou unifier la gauche ?

Bonjour Gérard,

J’ai suivi avec attention et intérêt ce petit débat interne à ton blog, et je te remercie de prendre le temps de répondre à ces interrogations.
Partant de là, je constate que nous sommes en désaccord non sur tout, mais sur un point essentiel. Tu estimes que votre action (celle de l’aile gauche du parti socialiste, en premier chef D&S) est la seule à conduire si l’on veux être efficace et éviter l’échec du gouvernement et donc le retour de la droite. C’est évidemment bien légitime de penser cela depuis ta position.
Cependant, depuis mon poste d’observation de sympathisant de gauche observateur attentif de la vie politique française, je perçois une autre réalité : ce gouvernement ne peut pas être sauvé par qui que ce soit, pour une raison simple, c’est que ses membres les plus influents ne sont plus de gauche au fond. Certes, je ne les comparerai pas à Sarkozy sur la forme, et je suis tout prêt à croire qu’ils sont plus ouverts au dialogue que le gouvernement précédent, voire même qu’ils ont meilleur « cœur ».
Mais enfin, c’est bien maigre quand l’orientation de fond qui est prise reste la politique de l’offre et le ralliement à l’Europe Merkozy. D’ailleurs, je n’ai rien lu de ta part (dans ce débat sur ton blog) à propos de ce vote commun du P.S. et de l’U.M.P sur le TSCG. Prétendras-tu que ce traité était un bon traité, que c’était agir en élu de gauche que de le ratifier sans le moindre changement quand on a été élu avec mandat pour le renégocier?
Quelles réformes pourront racheter cela? Quelles prises de conscience pourront combler la fracture qui fut actée ce jour là?
J’ai voté Hollande au deuxième tour. Ce fut, ainsi que tu le dis un vote de classe. Mais aujourd’hui, je ne suis plus si sûr que ce fut un bon choix. En effet, Hollande et son gouvernement ne servent pas les intérêts de la classe laborieuse, a part du bout des lèvres, dans une version charitable qui est le contraire d’une pensée de gauche selon moi. Et je pense qu’il n’y a rien de pire pour la démocratie qu’un gouvernement de gauche qui fait une politique de droite (tu peux remplacer « de droite » par « de l’offre »). Même s’il le fait avec humanité et dialogue, cela reste essentiellement une trahison, dont la première conséquence est le dégoût de la politique (abstention, « tous pourris ») dans la classe laborieuse. La droite, elle, est dans son rôle quand elle le fait, même avec mépris. Après tout, elle sert les intérêt de sa classe naturelle.
Tu répètes à l’envie que le P.S. est un grand parti, qu’il possède tous les pouvoirs etc. Crois-tu que si le gouvernement continues comme cela le P.S. gardera sa position? Je t’ai entendu le dire toi-même à Toulouse : « aussi haut que nous sommes monté, nous redescendront … », je ne me souviens plus mots pour mots, mais fais-je erreur sur le sens de ton propos? Il existe plusieurs précédents, dont le PASOK….
Pour en revenir au début, tu penses que depuis l’intérieur du parti, vous pourrez infléchir la politique de l’exécutif. Là exactement, nous divergeons. Je pense que cet exécutif ne navigue pas tant que ça à la godille. Je pense qu’il a un cap fort, une boussole idéologique majeure : la politique de l’offre. Et jusqu’au dernier moment, il louvoiera sur les sujets de second plan tout en maintenant envers et contre tout le fond de sa politique.
Le pire étant que face à l’exaspération du peuple, il a déjà tout prévu. Outre les C.R.S. et l’exemple des syndicaliste non amnistiés, il avance toujours les mêmes raisons : c’est la faute de Sarkozy et de Villepin, la faute à la crise, la faute à Merkel. Soyez patient, ça s’arrangera, en 2013, en 2014, ou en 2018… (là, j’anticipe, pour l’instant il maintiennent l’objectif de fin 2013). Il faut d’abord travailler dur, se serrer la ceinture avant que d’en récolter les fruits. Etc.

Le pire, c’est qu’ils y croient peut-être bien eux-même et que cela risque de les aveugler jusqu’au bout, persuadés qu’ils sont d’avoir raison contre le peuple et même contre la base de leur propre parti.
Donc je ne pense pas que vous puissiez infléchir quoi que se soit de significatif, et cela a une implication majeure : si j’ai raison, alors la seule conséquence de votre action au sein du P.S. sera que vous serez mis dans le même sac de dégoût pour le crime de complicité de casse sociale (même light par rapport à l’UMP). Ce ne sera pas juste, mais je pense que ça aura lieu néanmoins.
Du coup, de mon point de vue, la seule action efficace est de faire scission à l’intérieur du P.S. et de construire avec toutes les forces de gauche un nouveau pôle potentiellement majoritaire avec le Front de Gauche. Et tu te trompes quand tu prétends que le Front de Gauche n’est pas prêt à accueillir une aile gauche du P.S., même élargie, ainsi que les écologistes. Ils ne sont pas si dogmatique que tu le dis.
Je sais que c’est risqué, je sais que cela pourrait permettre la victoire de la droite en 2017, mais je pense que de toute façon l’orientation actuelle du gouvernement conduira au retour de la droite de manière tout à fait certaine. Donc je pense que la stratégie de scission du P.S. est celle qui préserve le plus important (l’espérance de la classe laborieuse envers une gauche de gouvernement) et qui offre la meilleure chance de succès pour les idées que tu défends (et qui sont les mienne également).
En disant cela, je ne me place pas sur le plan de la morale, de l’honneur, du courage et autre. Je ne pense pas avoir de leçons à donner sur ces choses là. Par contre, je cherche à alimenter une réflexion stratégique et pragmatique au service du progrès social.
Fraternellement. Grégoire F.

Quelques sujets de débats : astre mort, parti de masse, deux gauches ou unité de la gauche, programmes incompatibles et front unique
gerard.filoche@democratie-socialisme.org
85.168.237.61 Envoyé le 28/12/2012 à 16:12 | En réponse à Greg.

Désolé cher Grégoire c’est à ton tour de ne pas nous convaincre, car oui, il faut que ce gouvernement réussisse et non, il ne faut pas scissionner mais unifier toute la gauche

1°) tu écris en gros, « c’est foutu d’avance parce que ce gouvernement n’est pas de gauche ». Cela renvoie à la question de la nature de classe de ce parti, à ce qu’est la gauche réelle (et pas rêvée), à ses 8 partis et syndicats, j’ai répondu mille fois, longuement et personne ne conteste la méthode que j’utilise pour caractériser un parti, mais on ne me répond que par contre-affirmation
2°) sur l’Europe ce n’est pas nouveau, c’est la même politique suivie par le PS depuis le SME, l’Acte unique, Maastricht, le TCE, et le TSCG… je la combats, (j’ai même du la combattre contre Mélenchon il fut un temps) et la MAJORITE de la base du PS s’est prononcée plusieurs fois nettement contre (vote en février 1996, votes les 1/12/04 et 29/05/05) même si le haut de l’appareil fait le sourd ou nie les votes… nous continuons de penser qu’étant majoritaire là-dessus à la base (dans le parti comme dans le salariat) , nous l’emporterons forcément un jour contre les dénégations de l’appareil
3°) le vote de classe n’est pas un vote sur les idées, on vote même en dépit des idées, pour faire triompher son camp social
4°) oui le PS peut perdre absolument tous ses pouvoirs (pire qu’en 1993) et toute la force acquise en ce moment, c’est même très probablement ce qui va arriver s’il continue, mais ce sera une défaite pour tous, pour toi aussi, notre classe perdra, en 14 et en 17, comme le dit fort bien Marc Dolez co-fondateur du PG, mais le PCF le dit aussi, il faut en être conscient, pas le nier comme le font ici des ultras du PG c’est folie pure
5°) non cet exécutif n’a pas un « cap fort », il dépend du PS et de son électorat, il est poreux aux mouvements sociaux, différence fondamentale avec la droite UMP/FN (même s’ils pensent avoir raison, et pensent faire le bien du peuple malgré lui : Sarkozy lui pensait faire le bien des seules élites, ce n’est pas du tout la même base sociale !)
6°) il se peut que nous (gauche socialiste, motion 3, D&S) échouions, oui en effet. Mais ce sera une catastrophe pour tous et pas la preuve de notre erreur. C’est dans le PS que ça se joue essentiellement, mais nul, à D&S ne nie le rôle du FdG, du NPA, etc… ça se complète et s’enrichit. Nous le reconnaissons, nous sans complexe, sans réticence. Bravo au front de gauche quand il n’est pas sectaire, quand il propose l’unité sur de bonnes basses, pas quand il dénonce négativement au risque de l’échec de tous. Car vous devriez, vous aussi, reconnaitre notre rôle et notre action, vous en féliciter au lieu de le dénigrer, car vous passez tous votre temps à le nier, en refusant une bataille pour l’unité qui contribuerait mille fois mieux au résultat convergent nécessaire, d’influencer et de faire réussir ce gouvernement.
7°) il n’y aurait aucune efficacité à scissionner, les dynamiques unitaires ne commencent jamais par des scissions. Cela reviendrait à reconnaitre le triomphe des sociaux libéraux dans le PS et… ils triompheraient en effet. Nous reculerions tous. Ce n’est pas « risqué », ce serait une déroute…
8°) exemple : la mauvaise vidéo de voeux du PCF (pas forcément sur le fond mais la charge est si lourde que l’UMP aurait pu la faire) contre François Hollande et ses promesses réjouit la droite sociale libérale du parti. La même vidéo avec un ton unitaire genre : « vous avez dit cela, c’était bien, nous continuons à le vouloir dommage que vous ne le fassiez pas mais si vous le faites nous le ferons avec vous » aurait réjoui la gauche du parti socialiste et pas sa droite !
9°) oui, Hollande affirme à la fois ne pas faire d’austérité et demande d’attendre 2014, 2015, etc, et on est fondé à avoir le maximum de doutes : mais il faut noter que c’est différent de Schröder qui, lui, JUSTIFIAIT les plans d’austérité et de destruction type Hartz IV, cela indique que le rapport de force n’est pas le même ici.
10°) mais rien ne sera tranché, ni gagné sans mouvement social, une bataille dans le PS, et les actions du FdG (aussi fortes soient-elles) n’y suffiront pas, il faut une grande mobilisation du salariat, or cette mobilisation ne se fera pas avec un sentiment de division d’une partie de la gauche contre une autre partie de la gauche, elle ne se déclenchera que dans un climat unitaire (cf retraite 2010, unité des 8 syndicats). S’il y a violente polémique au sein de la gauche ce mouvement social ne verra pas le jour : c’est pour cela que, de mon point de vue, je passe tant de temps à répondre, calmer, argumenter pédagogiquement, longuement, surtout à des petits secteurs, comment dire, « illuminés », du PG qui déversent sur internet et surtout sur mon blog, facebook, tweet, un climat de rage aveugle hélas destructeur.
Bien fraternellement, Gérard



10/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres