circulez rien à voir blog de la section socialiste des 3 pointes

circulez rien à voir blog de la section socialiste des 3 pointes

licenciement économiques intervention de Yan en CF le 26/11/2012

Alors que les organisations patronales et syndicales sont réunies sous l'égide du gouvernement afin de négocier un nouveau contrat social, déjà le MEDEF poursuit son œuvre de destruction sociale en persistant à vouloir démanteler le Code du travail. Parallèlement, les médias présentent notre parti comme devant réaliser une révolution copernicienne en se tournant désormais vers une politique de l'offre. Ainsi, nous militants socialistes, devrions abandonner nos ambitions de justice sociale.

 

Si au cours des dernières années, la France a connu un recul industriel (suppression d'emplois d'ouvrier, fermeture de site, recul international à l'export), en aucun cas, la baisse du coût du travail ne peut être considéré comme une médecine juste et utile.

 

Depuis 10 ans, la part des revenus salariaux (directs ou socialisés) comme composante du PIB n'a pas augmenté. Cette offensive sur le coût du travail est une déclaration de guerre contre les salariés : ces croisés suivent le mot d'ordre de Sarkozy, travailler plus (les salariés) pour gagner plus (les financiers).

 

Oui il faut sauver l'industrie, demandons-le aux ouvriers de DOUX, de BOUTET-NICOLAS. Oui il faut empêcher le patronat avide de rentes faciles (immobilier, placements financiers) de casser nos usines.

 

Le gouvernement ne reste pas complètement inerte : le ministre de l'économie sociale et solidaire propose une loi pour que les ouvriers aient le droit de préempter leur entreprise sous forme de SCOP avec soutien publique (la BPI) lors d'une fermeture.

 

Mais il est une promesse du candidat Hollande qu'il est urgent de mettre en oeuvre, la proposition n°35, je cite : « Pour dissuader les licenciements boursiers, nous renchérirons le coût des licenciements collectifs pour les entreprises qui versent des dividendes ou rachètent leurs actions, et nous donnerons aux ouvriers et aux employés qui en sont victimes la possibilité de saisir le tribunal de grande instance dans les cas manifestement contraires à l’intérêt de l’entreprise. »

 

Il devient donc urgent de proposer une loi permettant aux salariés de pouvoir contester en référé le motif économique de tout plan social afin de rendre le pouvoir au salariés de défendre des outils industriels viables et diminuer la casse sociale due à la recherche de toujours plus de profits d'un patronat sans vision à long terme.



26/11/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres