circulez rien à voir blog de la section socialiste des 3 pointes

circulez rien à voir blog de la section socialiste des 3 pointes

rétablir la diplomatie par le dialogue,et trouver une issue à la crise Syrienne(Paul Quilès)

Trouver une issue à la crise syrienne

      Avec 11 autres personnalités* (anciens ministres des affaires étrangères et de la défense, anciens ambassadeurs de Russie, de  Turquie, du Royaume-Uni, de France, de  Pologne, de  Finlande, d'Ukraine)j’ai signé ce textequi met en garde contre le risque de voir la crise syrienne se transformer en un conflit interétatique.

 

LIRE

 

 

      Le texte souligne que le conflit en Syrie est devenu une guerre par procuration, avec de multiples acteurs et des objectifs différents. Il existe désormais un risque qu'un accident, un incident militaire ou une action non autorisée déclenche une confrontation militaire directe entre les Etats extérieurs concernés (Russie, Etats-Unis, Iran, Arabie Saoudite, Turquie, Royaume-Uni…..), en l'absence de canaux de communication efficaces.

 

     Trois recommandations sont faites:

 

     1. Pour éviter un conflit interétatique en Syrie.

 

     Tous les Etats concernés doivent agir avec la plus grande prudence et éviter toute action qui pourrait être interprétée comme une attaque directe contre les autres forces de l'Etat opérant dans les environs de la Syrie et à l'intérieur du pays (forces aériennes, forces spéciales, conseillers….). En cas d'incident, il doit y avoir des contacts directs entre dirigeants et entre militaires, afin d'éviter une nouvelle escalade.

 

     2. Pour lutter contre Daech et prévenir sa réapparition.

 

     Ce serait une grave erreur de diminuer la pression sur Daech, alors que tous les Etats en Europe continuent à rester exposés à la menace du terrorisme et aux activités des recruteurs terroristes. Les signataires appellent à une stratégie commune efficace, prenant en compte toutes les dimensions de l'activité de Daech. Il est notamment nécessaire de soutenir les alliés régionaux qui font reculer les territoires contrôlés par l’EI, de lutter contre son réseau terroriste dans le monde entier et de combattre son idéologie et sa propagande.

 

      3. Pour tenter de mettre fin au conflit syrien.

 

     Les signataires soutiennent les efforts visant à maintenir la cessation des hostilités, mais ils sont préoccupés par la possibilité que le cessez-le-feu échoue et que la guerre ouverte reprenne. Ils considèrent que la stabilité ne peut être atteinte que par un arrangement politique réaliste, fondé sur un nouvel accord constitutionnel en Syrie, tenant compte du maintien d'éléments importants du gouvernement actuel et de l'appareil d'Etat et organisant un partage du pouvoir viable avec l'opposition modérée. Cet accord doit préciser que les droits des minorités seront respectés et que des garanties de sécurité seront données aux combattants (sauf ceux qui sont responsables de crimes de terrorisme et de guerre).

 

     En dépit de leurs différences politiques, les signataires refusent l'approche internationale actuelle, fragmentée et souvent contradictoire. Ils expriment leur accord sur la nécessité de réinvestir dans la diplomatie multilatérale pour résoudre la crise du Moyen-Orient.

 

**************

 

Les 12 signataires 

 

(qui font partie d'un groupe de travail d'ELN-European Leadership Network)

 

  • Adam Daniel Rotfeld,     ancien ministre des Affaires étrangères, (Pologne)
  • Igor S. Ivanov, ancien ministre des Affaires étrangères, Président du Russian International Affairs Council, membre correspondant de la Russian Academy of Sciences (Russie)
  • Des Browne, ancien secrétaire d’Etat à̀ la Défense (Royaume Uni)
  • Özdem Sanberk, directeur de International Strategic Research Organisation, ancien sous-secrétaire du Ministre des Affaires étrangères, (Turquie)
  • Malcolm Rifkind, ancien Secrétaire aux affaires étrangères et à̀ la défense (Royaume Uni)
  • Tony Brenton, ancien Ambassadeur en Russie (Royaume Uni)
  • Hikmet Cetin, ancien ministre des Affaires étrangères (Turquie)
  • Tarja Cronberg, ancienne députée du Parlement Européen et ancien Directrice du Copenhagen Peace Research Institute (Finlande)
  • Borys Tarasyuk,ancien Ministre des Affaires étrangères (Ukraine)
  • Anatoliy Adamishin, ancien ministre des Affaires étrangères et Ambassadeur au Royaume Uni, Président de l’Association of Euro-Atlantic Cooperation, et Ambassadeur Extraordinaire et Plé́nipotentiaire de la Fédération de Russie (Russie)
  • Paul Quilès, ancien Ministre de la défense (France)
  • Alexei Gromyko, directeur de l’Institute of Europe of the Russian Academy of Sciences (IE RAS) (Russie).
Trouver une issue à la crise syrienne


06/05/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres